GLOBULE

Globule

Globule c’est mon nom.  Maman trouvait ça mignon. Et puis finalement Papa aussi. Ils disaient que ça m’allait bien.  Seulement, ils avaient oublié une chose très importante : l’école. Là-bas j’ai compris qu’un nom et un prénom pouvaient tout changer. Et les miens étaient Globule Dessavon, fils de savonniers à Marseille.  J’ai donc eu droit à toutes les plaisanteries imaginables : dans son bain Globule fait des bulles, Globule dozer, Globule par-ci, globule par-là. Même les profs s’y sont mis : tiens Globule encore une bulle, alors Globule on coince la bulle ? Enfin tout le monde rigolait bien. Tout le monde sauf moi.  Je passais donc ma scolarité en attendant les vacances et le jour où je serai grand. Un jour, Achille est venu en ville. Avec la classe nous sommes allés visiter son cirque (une des rares bonnes idées de la maîtresse), et ce fût comme une évidence. Je voulais rester ici, au chaud dans ce cocon de toile. Je m’y sentais en sécurité et à l’aise.  Tous les soirs après l’école, j’allais discuter avec Achille. Il me parlait de ses voyages, de ses nombreux numéros, et à chaque fois je repartais la tête remplie d’images qui nourrissaient mes rêves toutes les nuits. Achille trouvait que j’avais un vrai nom de scène. Et un soir il me dit : « Un Globule, on n’en a pas dans la famille. » Alors je lui murmurais : « Emmène-moi, emmène-moi s’il te plaît… » Mais je devais attendre mon seizième anniversaire… Ce matin d’Hiver, je ne m’attendais pas à recevoir un tel cadeau. Achille était revenu après tout ce temps, et pile le jour de mon seizième anniversaire.  Depuis ce jour là, ma vie a changé. J’ai eu la chance d’être : Globule le funambule, Globule le dresseur de libellules, Globule le jongleur de capsules. Pour enfin devenir Globule le clown aux mille et une bulles. Mes bulles prennent vie dans mes spectacles.  Elles gonflent et elles éclatent. Elles sont tour à tour cœur,  étoile ou animal à quatre pattes. Ravissant les spectateurs  et permettant à mon cœur de battre. Car clown, dresseur, jongleur ou funambule,  le plus c’est important c’est que maintenant je suis moi : Globule. 



A DEUX MAINS

A deux mains

Après ce jour, je ne savais plus trop quoi faire de mes deux mains.  Mes demain se suivaient sans rien d’exceptionnel.  Mais demain, à un moment, ça devient aujourd’hui. Et à présent je peux me remettre à deux mains. 

Ainsi à deux mains je peux cuisiner ;  à deux mains je peux porter ;  à deux mains je peux câliner ;  à deux mains je peux caresser ;  à deux mains je peux protéger ; à deux mains je peux toiletter ;  à deux mains je peux chanter ;  à deux mains je peux pousser ;  à deux mains je peux chatouiller.  Et si je peux faire tout ça c’est bien grâce à toi. Parce que depuis ce matin-là je suis devenu ton Papa… 



COURSES FOLLES

Courses folles

Ce matin, je suis allé faire mes courses chez Omar Chéfou.  Omar est mon ami. Nous nous connaissons depuis la petite école. On trouve de tout dans son magasin. Mais Omar sert parfois des choses surprenantes. Quand on lui demande un article, il répond : « Hum… Je dois en avoir dans l’arrière boutique. » Mais on n’est jamais sûr du résultat. Parfois quand il revient c’est la surprise. Et ce matin je crois que c’était le bouquet. Voici la liste que je lui ai donnée : 

Alimentation :  -1 poulet rôti -1 chapon -1 éclair au chocolat 

Bricolage :  -1 pinceau à poils durs -1 rabot 

Accessoires pour aller au match :  -1 drapeau  -1 sirène  -des ballons multicolores 

Divers :  -1 portable  -1 carton 

Et voici ce qu’il m’a rapporté : -     1 pou laid rôti  -     1 chat pont  -     1 nez clair au chocolat  -     1 pain sot à poils durs -     1 rat beau  -     1 drap pot  -     1 scie reine  -     des bas longs multicolores -     1 porc table  -     1 car thon. 

Alors bien que nous soyons amis, je crois qu’Omar n’est qu’un vieux loup phoque… 



LE CHAT MOTS BLEUS

Le chat mots bleus 

Baryton c’est mon chat.  Je l’ai eu tout chaton, tout doux, tout mignon.  Au début tout allait bien. Jusqu’au jour où il décida de miauler. Rien n’est sorti. Pas un son, pas un bruit. Rien de rien du tout. Nous sommes allés voir le vétérinaire. « Rien d’anormal. » a-t-il dit. « Il faut attendre. Ca viendra. »  Mais je décidais d’aider mon Baryton. Au grand bonheur des voisins, il suivait un entraînement quotidien aux miaulements en tout genre et à la sérénade. Malheureusement rien n’y fit. Je me résignais donc à être le maître d’un chat muet. Je dois l’avouer j’étais un peu triste. Je me demandais comment j’allais faire et j’avais un peu peur que l’on se moque. Un chat qui s’appelle Baryton et qui ne miaule pas, entre nous, ça la met mal.  Un après-midi Richard et sa bande se sont moqués de Baryton. J’en ai pleuré en cachette. Mais Papy est arrivé (il me trouve toujours) et m’a dit en souriant : « Ne pleure pas voyons. Tu as  là bien plus qu’un chat. Tu as un chat mots bleus. Ton Baryton il te parle avec les yeux. » D’abord je me suis dit que Papy avait du sauter sa sieste car Baryton n’a aucune bosse et n’a jamais été bleu (sauf la fois du pot de peinture pour la rambarde, mais bon…). Puis qu’il avait raison. Avec Baryton, un seul regard nous suffit. C’est pour ça que j’ai beaucoup plus qu’un chat. J’ai un ami, un vrai.  Alors quand Mamie dit que les yeux en disent parfois plus que les mots, c’est bien vrai pour Baryton et moi. Mais aussi pour Papa et Maman. Car parfois ils n’ont pas besoin de parler pour que je comprenne ce qui va arriver… Mais je me demande encore pourquoi Papy m’a parlé d’un chameau bleu. 



NOUVEAUX TEXTES…

Ca y est je reposte quatre nouveaux textes, en espérant que cela plaira…



HONORE LE KROUSTILLANT

Nouvelle toute fraîche!

Honoré va naître sous les doigts de Krousti.

Merci à lui de l’avoir choisi. J’ai hâte de voir les premiers croquis croquants…

A bientôt.



aerostat |
shinigani |
arabisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un livre pour s'évader
| 7orriett
| L'Ecrivoir de Rose-Marie M.